00226 25 45 20 14
univ-ouaga1@gmail.com
universite
Université
Joseph Ki-Zerbo
Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
universite
Aller au contenu principal

Journées portes ouvertes


Accroître l'offre et améliorer la qualité de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la formation en adéquation avec les besoins de l'économie) et en son axe 3 qui concerne le secteur agro-sylvo-pastoral, faunique et halieutique productif et résilient.



Votre présence traduit la vitalité de la coopération régionale et internationale dans le secteur agro-industriel par le biais des Biotechnologies et la propriété intellectuelle pour l’économie du savoir.

Je m’en réjouis et salue cette activité du Centre de Recherche en Sciences Biologiques Alimentaires et Nutritionnelles (CRSBAN), précisément le Laboratoire de Biochimie, Biotechnologie, Technologie Alimentaire et Nutrition (LABIOTAN), qui malgré le départ à la retraite de notre maître le Professeur Alfred S. TRAORE, continue de rayonner sous les conseils du fondateur du centre.

 

Mesdames et Messieurs

 

Selon la convention des Nations Unies sur la diversité biologique (Article 2.) : « la Biotechnologie est l’utilisation des systèmes vivants ou organismes pour développer ou fabriquer des produits ou toute autre application technique qui utilise des systèmes biologiques, des organismes vivants ou dérivés pour fabriquer ou modifier des produits ou procédés pour un usage particulier ». En français facile, la Biotechnologie est donc toute technique qui utilise du vivant ou une partie du vivant pour fabriquer un produit ciblé.

Distinguées personnalités

Aujourd’hui, les Universités africaines, aussi bien en interne qu’à travers des collaborations internationales, disposent d’une expertise de qualité dans les domaines des Biotechnologies pour en faire un précieux outil de développement. L’intérêt des biotechnologies par nos universités constituent un bon qualitatif de leur implication dans le processus de développement de nos états.

En effet face à la persistance de l’insécurité alimentaire qui touche plus de 35,4% de la population du Burkina Faso, l’Etat burkinabè et ses partenaires se sont engagés dans un processus continu d’élaboration et de mise en œuvre d’un plan stratégique pour l’atteinte de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle.

Mieux, le présent atelier corrobore avec les priorités du PNDES, notamment en son axe 2 (accroître l'offre et améliorer la qualité de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la formation en adéquation avec les besoins de l'économie) et en son axe 3 qui concerne le secteur agro-sylvo-pastoral, faunique et halieutique productif et résilient.


Partager sur :